Nombre total de pages vues

samedi 1 juin 2013

Maggie M'Gill,album Morrison hotel

Comme 'Roadhouse blues','Maggie M'Gill' est une composition Jim/Doors où le blues prophétique de Jim est accompagné par le groupe qui concocte des riffs gonflés a bloc.La chanson est devenue une des plages mémorables de Morrison Hotel mais elle avait mal commencée.
En concert,les nuits où Jim chevauchait le serpent (quand il dansait sur le feu),le groupe élevait la musique a son niveau.C'est dans ces moments là que les spectacles des Doors devenaient un amalgame phénoménal de transport psychique et de libération physique.
Mais Jim,le chaman du Rock'n'Roll n'a jamais pu arriver a conjurer sa magie tous les soirs et certains concerts étaient non seulement sans magie mais faisaient honte a Ray,Robby et John.
L'une des pires "mauvaises nuits" s'est produite durant une courte tournée du Mid-West en février 1969.Le groupe avait un emploi du temps démoniaque avec l'enregistrement de The Soft Parade a L.A la semaine puis des concerts le week-end et,pour un concert à une université du Michigan a Ann Arbor,Jim avait épuisé toute sa magie.
Etant donné l'intensité de sa concentration et de son engagement envers la musique,Morrison n'avait pas besoin de boire ou de se droguer pour prendre son envol sur scéne.Mais a Ann Arbor il était saoul et plutôt que de le pousser a faire une superbe performance,l'alcool lui pesait.Il perdit ses repéres musicaux,oublia des paroles et marmonna celles dont il se souvenait.Sentant qu'il se trouvait devant un public qui n'était pas en rapport avec lui un public de buveurs de biére et d'étudiantes peu intéressées,Jim se mit a injurier le public.
Vers la fin du concert,alors qu'une autre chanson se transformait en désastre,John Densmore prit la courageuse décision d'abandonner ses baguettes et de quitter la scéne au milieu de la chanson.(Dans Riders On The Storm,Densmore explique que le stress d'accompagner Morrison lui avait donner une grave crise d'urticaire sur tout le corps).Robby Krieger décida rapidement que lui aussi en avait assez d'un bateau qui coulait et sortit de scéne une chanson plus tard.
Il y avait seulement trois ans et demi que Ray et Jim s'étaient assis sur Venice Beach et avaient décidé de former un groupe de Rock'n'Roll ensemble pour "faire un million de dollars".Maintenant,ils étaient côte a côte sur une scéne,des rocks stars devant un public,mais leur rêve avait pris une dimension horrible.Ray essaya de faire ce qu'il pouvait pour sauver le concert,il quitta son piano pour aller se mettre a la guitare de Robby et commença a jouer un simple air de blues pour que Jim puisse improviser dessus.Jim réagit en chantant 'Miss Maggie M'Gill,she lives on a hill...'(Miss Maggie M'Gill,elle vit sur une colline) et continua ainsi pendant un moment.Ray et Jim jouérent pendant cinq minutes mais la sauce ne prit pas et ils quittérent la scéne sous une avalanche de huées.
John Densmore était furieux ce soir-là et il n'était pas en état d'encourager Ray et Jim a développer leur air de blues a deux.Mais plus tard,durant les séances de Morrison Hotel,les accords de Ray et la phrase de Jim lui sont revenus.Il a encouragé Ray a essayer de jouer le même type de blues en studio,sur lequel Robby pouvait faire des bottlenecks en toute liberté.Lonnie Mack s'était chargé de la basse pour 'Roadhouse Blues' et les Doors lui demandérent de participer également a ce titre.Jim a étoffé l'histoire de Miss M'Gill de la colline qui est allée a Tangie Town où les gens "really like to get it on"(aiment vraiment prendre leur pied).
Naturellement,Jim ne s'est pas contenté d'un récit tout simple.Aprés un arrêt surprise dans la musique,il y a une explosion de guitare tremblée,le jeu de Ray reprend,Densmore repart a l'attaque avec son 4/4 tribal,et dans les couplets du milieu Jim parle du "illegitimate son of a rock'n'roll star"(fils illégitime d'une star du rock).(Cette phrase était tristement ironique car a la fin de l'année Patricia Kennealy Morrison allait faire avorter l'enfant de Jim quand celui-ci insista qu'il n'était pas prêt a assumer sa paternité).
Ensuite Jim fait une déclaration remarquable "I'm a old blues man...I've been singing the blues since the world began"(je suis un vieux du blues...je chante le blues depuis le début du monde.)
Sans doute aucun autre rock'n'roller blanc ne pouvait se permettre cette phrase mais venant de Jim,c'est non seulement logique mais une petite révélation.
Bien entendu,c'est exactement ce qu'il est : a la différence de la plupart des artistes blancs,Morrison n'essayait jamais de copier ou d'éliminer la "négritude" du blues.Au contraire il allait a la source de cette musique : le puits de douleur,de désir et de flammes infernales qui donnait au blues son âme,et c'est avec ça qu'il s'identifiait(Plutôt une reussite pour un gamin de la Marine qui venait de banlieue).
Dans le blues de Jim,il n'y avait rien de précieux ou étudié.Il était a sa maniére un "vieux du blues" et il chantait son blues avec la voix d'un vieux de la vieille.
En février 1970,un an aprés la premiére apparition désastreuse de Maggie M'Gill,cette chanson faisait danser le public dans la salle du Allen Theatre a Cleveland,en Ohio.Une version allongée de 'Maggie" figurait maintenant au programme de tous les concerts des Doors.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire