Nombre total de pages vues

samedi 16 février 2013

Shaman's blues,album The soft parade

En été 1969,il ne pouvait pas y avoir de meilleur blues pour Jim Morrison qu'un 'Shaman's blues'.
Aprés toutes les heures de magie musicale qu'il avait produites,Jim Morrison en avait assez d'être le Roi Lézard.Il avait voulu conquérir le monde et maintenat,pour le meilleur ou pour le pire,le monde lui appartenait....Malheureusement,le monde n'était pas si sur de vouloir Jim Morrison...et ceux qui continuaient a l'aimer voulaient un Jim Morrison qui n'existait plus.
Les fans qui ont dénigré The soft parade n'ont sans doute pas bien écouté les chansons comme 'Shaman's blues'.Musicalement les Doors y sont en pleine forme,surtout Robby,en plein dans une valse jazz-blues fluide.Et a la fin du morceau on trouve un moment vraiment tres exaltant : une avalanche de phrases a la Morrison("optical promise...isn't it amazing?)provenant d'enregistrements de Jim sur diverses plages vocales(des Jims multiples qui deviennent un seul Jim...un acte de chamanisme sur la bande du studio).
Les paroles de cette chanson sont non seulement personnelles et obsédantes mais remarquablement représentatives.La chanson fonctionne a deux niveaux:une lamentation du chaman parce que le village ne croit plus en lui ou une supplique du village qui espére tristement voir son fou chéri produire a nouveau de la magie.
Durant l'interview avec le journaliste Richard Goldstein pour l'emission télévisée speciale WNE,Morrison expliqua:"je ne crois pas que le chaman ,d'apres ce que jai lu,veuille tellement définir son rôle dans la société.Il s'intéresse plus a l'exploration de ses propres fantasmes.S'il devenait trop conscient de sa fonction,je crois que ca pourrait gâcher son voyage intérieur."
En effet le voyage devenait difficile.Jim pensait que la relation entre artiste et public était spirituelle et que la représentation pouvait constituer un rituel sacré.Mais de plus en plus quand on pense a Miami ou aux concerts bâclés et violents au Singer Bowl à New York,au Public Hall a Cleveland et au Phoenix Coliseum,le sacré dégénérait en profane.Occupé a combattre ses propres démons personnels ,Jim ne pouvait pas créer la magie du chaman soir aprés soir pour d'interminables "fêtes des amis".
"Pendant toute ma carriére avec eux,ils n'ont jamais été surchargés et n'ont jamais poursuivi le Rêve Américain déclare Bill Siddons"parce que Jim n'était pas assez stable pour faire de longues tournées.S'il travaillait le week-end ,le troisiéme jour on n'était jamais sûr s'il allait finir la journée.A ce niveau il n'etait pas normal.Il n'etait pas complétement dingue mais il ne pouvait pas prendre en charge la pression du travail d'une vedette du rock parce que ca ne l'interessait pas vraiment.Il est devenu une rock star presque par defi,par jeu au debut.Quand il y est arriver il a dit 'Bon,c'est fini'.Alors que le public,lui,disait 'Pas pour nous'."


2 commentaires:

  1. Shaman's blues et wild child sont mes chansons préférées des Doors avec the soft parade en première,qui est mélodramatique dans l'interprétation. c'est mon humble avis de ce que je ressent quand j'écoute the soft parade.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien cet album the soft parade egalement oui qui est plus melodramatique,plus symphonique moins rock que les autres dans l'interprétation.Le blues commence a etre plus mis en avant dans certaines chansons egalement,dans celles que vous citez.

      Supprimer